RETOUR LEZARDS INFO

Pascale, historienne d'art
NE PAS REGARDER AILLEURS,

Éducation du regard

 REGARDER AUTREMENT

et citoyenneté

L'éducation du regard est un aspect important de l'éducation artistique. Elle va de paire avec une prise en compte globale de l’individu dans le travail des artistes. L'oeuvre n'est plus systématiquement exposée dans un lieu spécialement conçu pour elle et comme détachée de son environnement. Elle est plus souvent indissociable du contexte urbain et humain. Elle rejoint d'une certaine manière la préoccupation de nos sociétés pour l'environnement. Certains artistes créent des espaces conçus pour leur valeur esthétique mais aussi pour leur vocation sociale et écologique. L'initiation à la perception de l'environnement devient ainsi un élément essentiel de la vocation de l'oeuvre d'art.

Actuellement et depuis les années 80, de nombreuses commandes publiques ou privées explorent la création d'environnements: jardins, créations de paysages associant des artistes, des architectes et des paysagistes (parc d’Eole à Brest). Cet intérêt pour l’environnement n’est pas une mode passagère, le travail de ces artistes est une des réponses aux difficultés de vie grandissantes de nos villes: réduction de l'espace vital, nuisances industrielles, dégradation de l'espace urbain et raréfaction des espaces verts. Mais tout ceci ne serait rien, si le sens du lien social, lié à l’espace de vie n’était pas touché. Si le travail des adultes peut redonner du souffle et éviter cette perte de sens, qu’en est-il des enfants? Dans certains cas la transmission culturelle ne peut plus se faire. Où trouver, pour les jeunes enfants les valeurs culturelles nécessaires pour être partie prenante à la vie sociale et pour être les acteurs de demain, en un mot pour devenir des citoyens?

Lézards buissonniers, en essayant de décloisonner les secteurs de l'art, du social et des sciences espère pouvoir redonner du sens et du plaisir à cette redécouverte de l'environnement. L'éducation du regard c'est d’abord ne pas regarder ailleurs (drogues, fuite) mais regarder mieux et autrement. Ce regard constructif est créateur de poésie et d'humanité. Il provoque le désir: celui de vivre en tirant le meilleur parti de la réalité et à long terme de la transformer.

Il est nécessaire de s'y prendre dès les premières années de la vie pour ne pas se laisser envahir plus tard par le sentiment d'impuissance, le manque de confiance en soi, la grisaille du quotidien.

Les oeuvres d’art et la transmission culturelle ont des effets parfois considérables sur notre perception du monde: avant Turner, personne n’accordait de valeur esthétique aux brumes des paysages londoniens. Il en est de même pour les sciences. G Charpak explique que " l’émerveillement n’est pas provoqué directement par les choses, les couleurs, mais par la possibilité de participer à ce qui se passe dans le monde en lui donnant un sens "; " au Sahara, la nuit, je suis transporté d’admiration face à la beauté du ciel. Pourquoi beau? les étoiles ne sont ni belles ni laides, elles sont. ",. (La main à la pâte )
L’environnement constitue un merveilleux champ d'expérimentation et de découverte pour les petits enfants. Ainsi éduquer le regard n’est jamais donner une vision définitive de ce qui nous entoure, une vision morte, mais au contraire permet d’avoir un point de vue personnel pour construire sa propre identité. Elle permet enfin d’accepter une vision inédite, originale. Une confrontation qui permet d’avoir un jour le culot d’être soi-même et d’accepter la différence de l’autre. C’est le premier pas vers la citoyenneté, la vie de nombreux adultes nous montre qu’il n’est pas facile d’apprendre à marcher!

   (retour Contacts)

 Voyez également l'article du progrès du  8 Avril 2005 "Pascale Joannard, une certaine histoire de l'art"